Archives quotidiennes : 17 janvier 2015

Ça devait arriver

Et oui! Cela devait arriver un jour ou l’autre…avec  le nombre de trains et d’autobus que nous avons pris depuis 16 ans de voyages d’aventure et si l’on considère que l’information en Inde n’est pas la plus claire surtout quand il s’agit des trains…

Il fallait s’attendre à ce qu’un jour ou l’autre nous prenions le mauvais train!

Cette journée là nous devions nous rendre à Trivandrum par le train puis emprunter un rickshaw pour nous amener à notre destination finale: Kovalam.

Plusieurs trains se rendent de Kollam à Trivandrum à tous les jours. Nous avons donc acheté nos billets directement à la gare peu avant le départ car il n’y a pas d’achalandage sur ce trajet d’à peine plus d’une heure. Notre billet précisait l’heure du départ et la destination, c’est tout. Pas le nom du train ni son numéro. Comme ce n’était pas clair, j’ai demandé des précisions à quatre reprises et à chaque fois l’information me semblait cohérente avec la précédente.

Et oui, il arrive parfois que les informations soient contradictoires et il est sage de valider plutôt deux fois qu’une!

À l’arrivée à la gare, lorsque les billets sont réservés d’avance, une liste de noms  et le numéro du siège est affichée avec le nom du train et son numéro, cela confirme la réservation. Ensuite nous retrouvons une liste de noms collée sur le wagon du train où nous devons nous installer. Toute cette recherche se fait à travers les bagages de toutes les sortes, les vendeurs de nourriture et de breuvages ainsi que les employés de la gare qui font le ménage ou qui transportent de la marchandise. Comme le train ne s’arrête souvent que quelques minutes, il ne faut pas perdre de temps avant d’embarquer avec nos bagages. Les quais sont souvent très longs et il est difficile de se frayer un chemin à travers la foule pour trouver le bon wagon. Pour sortir du train c’est aussi difficile puisque les gens s’empressent de monter avec leurs bagages et nous risquons d’être refoulés à l’intérieur du train avec nos propres bagages! Habituellement cela se passe quand même bien.

Dans le cas qui nous intéresse, il n’y avait pas de siège attitré et l’on nous disait de nous asseoir où nous le voulions. Le prochain train devait être le nôtre et nous y sommes monté…

Après trente minutes, le train s’est arrêté, nous avons été informés que c’était la fin du trajet et qu’en plus, nous n’étions pas à Trivandrum!  Calmement mais incrédules nous avons rassemblé nos bagages, mis nos sacs à dos sur nos épaules et nous sommes dirigés vers le chef de gare sous le chaud soleil d’après-midi. Après avoir fait une marche de plusieurs minutes le long du quai presque désert et emprunté la passerelle au dessus de la voie ferrée pour nous rendre à la gare, le chef de gare nous a confirmė que nous n’étions pas à Trivandrum. De plus, le seul  bus qui aurait pu nous y amener venait juste de quitter!

Je commençais à me dire que nous n’aurions pas d’autre choix que de dormir dans le petit village où nous étions. Le chef de gare s’est un peu gratté la tête puis nous a proposé une alternative.  Nous n’étions pas très loin de Kovalam. Il a fait venir un chauffeur de rickshaw et nous a négocié un trajet directement à Kovalam sans passer par le centre-ville de Trivandrum comme l’aurait fait le trajet d’autobus ou le train.Nous avons accepté. Cela nous a coûté à peine plus cher que le trajet prévu et nous sommes arrivés plus tôt que prévu à Kovalam!

Cela devait arriver un jour …