Sigiriya

Partis de Montréal depuis deux mois, nous sommes maintenant à Sigiriya au Sri Lanka, dans une région appelée le Triangle Culturel. Plusieurs sites anciens  classés au patrimoine de l’UNESCO s’y trouvent.

La partie basse de la cité de Sigiriya, était située à la base d’un immense rocher de deux cent mètres, très escarpé et des plus spectaculaires. Il ne reste plus que des ruines de cette ville ancienne du Vième siècle mais nous pouvons encore apercevoir les restes de ses fondations, de ses jardins et de ses plans d’eau. La cité devait être magnifique! Le pied du rocher a été littéralement habillé d’un véritable labyrinthe de murs et de terrasses reliés par les escaliers. La ville forteresse était entourée d’un grand canal où vivaient des crocodiles. Encore aujourd’hui, des enseignes nous interdisent la baignade en raison des crocodiles mais ni Robert ni moi n’avons eu le goût d’essayer pour voir si c’est vrai!

La partie haute de la ville ancienne était nichée tout en haut du rocher. Celui-ci est visible à plusieurs kilomètres de distance et en approchant, je me demandais comment je réussirais à y monter! Le vertige m’incommode aussitôt que je grimpe deux marches alors juste le fait de regarder ce mastodonte à partir d’en bas…

Levés tôt et partis vers 7:30 avant que la chaleur ne soit trop forte, j’ai pris mon courage à deux mains, accroché mon plus beau sourire et nous avons commencé la montée. J’ai peur lorsque que je suis confrontée à des situations où j’ai le vertige mais je ne veux pas rester en bas. Et je suis toujours si fière de moi quand j’arrive au sommet!

Nous nous sommes arrêtés à plusieurs reprises pour reprendre notre souffle mais aussi pour contempler le paysage fantastique qui s’ouvre sur la jungle environnante. En chemin nous avons admiré de magnifiques fresques encore très belles de jolies demoiselles de l’époque. C’est assez impressionnant car ce site a été abandonné pendant plusieurs centaines d’années! Nous avons continué notre ascension en empruntant d’étroits escaliers suspendus dans le vide. Lors d’un arrêt sur un pallier pour respirer un peu, un guide nous a dit que l’ascension n’est pas ce qui est le plus dangereux et très sérieux, il nous a montré un immense nid de guêpes suspendu à la falaise, à quelques dizaine s de mètres de l’escalier…Impressionnés par la grosseur du nid, nous avons continué notre montée.

La vue du haut du rocher était époustouflante. C’était le quartier d’été du roi et sa chambre était la plus haute du site. Il avait la tête dans les nuages! Quelle vue! Construit tout en paliers avec des escaliers et des points d’eau, ce site est très reposant malgré la multitude de personnes qui s’y trouvent. Installés sur un muret, un peu rêveurs, nous avons apprécié le soleil qui sortait des nuages en nous demandant comment le roi était amené jusqu’ici! Le trajet en baldaquin ne devait pas être rassurant! Sans compter les efforts des porteurs…

Soudain, il y a eu un mouvement près de l’escalier à l’entrée de la terrasse puis des cris: « Les guêpes attaquent! » Les guides nous ont dirigés vers le point le plus éloigné. Des touristes qui étaient trop près de l’entrée ont dû se coucher par terre, se cacher le visage et ne plus bouger. Puis le calme est revenu. Nous avons exploré le site doucement le temps de laisser les gens redescendre une fois les guêpes apaisées. Nous voulions éviter la cohue et de possibles bousculades. En discutant avec deux personnes qui montaient l’escalier lorsque l’attaque a débuté, nous avons réalisé que cela s’était passé près de l’endroit où nous avons vu le nid! Au moment de redescendre nous avons vu arriver des soldats et nous avons compris qu’ils nous évacuaient. Les guêpes étaient donc encore actives. Bien cachés sous de grands filets blancs nous sommes descendus trois par trois, doucement sans faire de bruit. Près du nid nous avons dû nous arrêter et nous accroupir dans l’escalier car trop de guêpes volaient autour de nous. Je les entendais bourdonner mais je me sentais très calme. Nous avons repris notre descente après quelques minutes et nous avons enlevé notre filet un peu plus bas, le danger étant passé. Tout près, plusieurs personnes recevaient des soins pour traiter leurs piqûres. Une soixantaine de personnes avaient été attaquées.

De retour à la cité au pied du rocher, nous avons lentement repris la visite de ce merveilleux site, heureux d’avoir pu explorer le haut du rocher avant que celui-ci ne soit évacué.

Nous avons passé une très belle journée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s