Promenade à San Miguel de Allende

Bienvenue à San Miguel de Allende, une ville historique de l’état de Guanajuato au Mexique. Érigée au XVIe siècle, elle était tout d’abord une ville fortifiée, située sur l’une des grandes routes commerciales du Mexique, entre Zacatecas et la ville de Mexico. Berceau de l’Indépendance et classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2008, la ville recèle de véritables trésors architecturaux. Nous y avons élu domicile pour trois mois.

C’est la première fois que nous déposons nos valises aussi longtemps au même endroit. Nous caressons ce projet depuis plusieurs années et la retraite nous le permet maintenant. Nous souhaitons participer à la vie quotidienne d’un pays étranger et vivre au rythme de la population locale.

Pourquoi San Miguel? Nous y avons longuement réfléchi et c’est tout simplement pour revenir dans cette ville que nous aimons tant. Rien de plus, juste des bons souvenirs. Cette cité magique offre des restaurants à profusion, des musées, des théâtres et plein de petits endroits où nous aimons nous installer pour rêver. Les couleurs, les bruits et les odeurs de sa vie quotidienne nous rappellent à chaque détour qu’il fait bon vivre ici.

Notre première visite date d’environ 14 ans. Lors d’un périple du côté du golfe du Mexique, en plein mois d’août, nous avions dû quitter la région précipitamment en raison des inondations et des glissements de terrain causés par une pluie qui ne savait plus comment s’arrêter. Pour compliquer le tout, deux tempêtes tropicales s’annonçaient. L’une frappait du côté du golfe du Mexique, l’autre menaçait du côté du Pacifique. Mieux valait faire vite et le choix de nous diriger vers le centre du pays nous avait semblé la meilleure solution. C’est donc le hasard et la pluie qui ont mené nos pas vers San Miguel de Allende. Nous y sommes revenus régulièrement depuis et c’est ici que nous avons décidé de vivre le premier mois de ma retraite, il y a trois ans. Nous entretenons une véritable histoire d’amour avec cette ville.

Nous avons quand même hésité. Nous qui souhaitons tant vivre le contact avec les gens des pays que nous visitons, nous choisissons une ville où les expatriés constituent une forte partie de la population. En effet, plusieurs retraités des États-Unis et du Canada ont choisi San Miguel de Allende comme terre d’accueil et désirent y finir leurs jours. D’autres expats séjournent une partie de l’année ici et retournent dans leur pays d’origine pendant la belle saison. Je peux les comprendre. Même pendant les mois les plus frais de l’année, le climat demeure très agréable. Située en montagne, voire même en altitude, la ville présente une température confortable le jour et des nuits fraîches. Pas besoin de vous dire que l’activité touristique est importante et prend beaucoup de place dans la vie de San Miguel. Personnellement, mes jours préférés sont ceux de la fin de semaine alors que les touristes Mexicains envahissent les rues. La langue parlée redevient l’espagnol. Les familles se promènent et admirent leur héritage culturel. C’est la fête.

Cet apport touristique a ses conséquences. Des bonnes, mais aussi des moins intéressantes. J’y reviendrai dans un autre article, mais pour l’instant, je veux vous parler de ce petit bijou architectural. Le meilleur moyen de découvrir San Miguel est d’errer dans ses rues et de le découvrir au fil des détours. Vous venez? Vous portez des souliers confortables? Bien!

La ville est construite à flanc de montagne et notre condo étant situé sur les hauteurs de la ville, la vue est imprenable aussitôt que nous mettons le pied dans la rue. Mais prudence, les rues de pierre et les trottoirs étroits de San Miguel exigent toute notre attention et il est facile de se laisser distraire par la beauté des édifices qui nous entourent. À certains endroits, le trottoir est si étroit qu’une seule personne à la fois peut circuler. Vous devrez donc marcher derrière moi, je vous guiderai.

Oups! Attention à la marche devant vous. Une ou deux marches dans un trottoir de pierre, c’est facile à manquer! Le respect du patrimoine de la cité préserve l’intégrité ancestrale de la ville lors des rénovations, mais il y a des conséquences. Les trottoirs sont assez inégaux et un moment d’inattention peut occasionner une chute.

Ralentissons un peu car nous arrivons à une intersection. Toujours dans le respect du patrimoine, San Miguel ne possède ni feu de circulation ni panneau indiquant un arrêt au coin des rues. Les autos ralentissent et cèdent le passage. Ah! J’oubliais…à plusieurs endroits, devant les maisons, les trottoirs sont inclinés vers la rue afin de permettre la sortie des voitures. Il faut juste ralentir pour garder notre équilibre. Nous serons donc prudents.

Devant nous, tout au bas de la rue Correo, nous apercevons la grande place devant la Parroquia de San Miguel Arcángel. Construite dès la fondation de San Miguel, cette église a subi plusieurs transformations jusqu’à ce que Don Zeferino Gutierrez, inspiré par l’architecture gothique européenne, lui donne sa façade actuelle dans les années 1880-1890. Cette majestueuse construction de pierres roses, chargée d’histoire, abrite les fonds baptismaux où ont été baptisés des héros de l’Indépendance Ignacio Allende ainsi que les frères Yuan et Ignacio Aldama. Son spectaculaire clocher en aiguille est visible de presque toute la cité. Lorsque ses cloches retentissent les passants s’arrêtent, émerveillés.

Tout à côté, se dresse l’église San Rafael, la plus ancienne de la ville. N’hésitez pas à entrer, elle aussi vaut une visite.

La Parroquia veille inlassablement sur le parc central appelé El Jardin avec ses plates-bandes parfaitement entretenues. C’est l’endroit préféré de plusieurs citoyens pour rencontrer des amis, tenir de longues conversations ou tout simplement pour observer les passants en dégustant une crème glacée achetée au marchand tout près. Personnellement, j’y ai passé beaucoup de temps à lire, bien installée sur un banc sous les arbres parfaitement taillés. Vous êtes fatigués? Venez, il y a un banc libre sous les arbres, juste devant la Parroquia, nous pourrons mieux l’admirer. Vous désirez une glace? Un tacos? Un jus? Je reviens…

Voilà, un jus nous fera du bien. Regardez sur votre droite, la maison sur le coin près de la Parroquia. C’est la demeure d’Ignacio Allende, un des pères de l’Indépendance. Elle occupe tout le coin de la rue et veille aussi, à sa façon, sur la grande place. Qui eut cru que sous prétexte de soirées mondaines et de danses, des réunions secrètes s’y tenaient afin de jeter les bases de l’Indépendance? L’imposante maison est maintenant un musée et une visite vous permet de découvrir une tranche d’histoire du Mexique. J’y retournerais volontiers.

Sur la place, devant nous, des enfants choisissent des ballons offerts par les marchands ambulants alors que d’autres s’amusent avec leurs nouveaux achats. Cet espace piétonnier ressemble à un vaste terrain de jeux où les petits courent dans tous les sens parmi les adultes qui se promènent bras dessus, bras dessous et se prennent en photo devant la Parroquia. Regardez, un vendeur de chapeaux s’avance vers nous. Il en porte au moins une dizaine sur sa tête, tous empilés les uns par dessus les autres. Vous en achetez un? Bonne idée. Le soleil tape fort aujourd’hui.

Une vendeuse de châles et de colliers s’approche avec son panier au bras. Elle vend aussi des poupées. Elles sont typiques de la région et je crois que leurs vêtements sont fabriqués à la main. Les marchandes y travaillent, assises sur le pas d’une porte ou sur la chaîne du trottoir, lorsqu’elles n’ont pas de client. J’aime bien les rubans qu’elles ajoutent pour décorer les cheveux de ces poupées. J’en prends une pour ma petite fille, elle l’aimera sûrement.

Vous avez remarqué? Tout autour du Jardin, des restaurants et quelques commerces ont élu domicile sous les hautes arcades des édifices ancestraux. La fin de semaine, des vendeurs s’y installent pour vendre des couronnes de fleurs séchées. C’est très joli. Les restaurants logés tout près sont aussi très prisés. C’est là que nous préférons nous attabler en fin d’après-midi pour déguster un margarita alors que le soleil a bien réchauffé les pierres et que les mariachis proposent des chansons du folklore mexicain, debout devant notre table. Trois chansons pour 100 pesos, cela vaut la peine!

 

Regardez tous ces couples qui se dirigent vers l’église. C’est samedi aujourd’hui et la Parroquia devient l’hôte de mariages. Un spectacle qui attire les regards et les curieux, bien sûr. Certains jours, les cérémonies se succèdent presque sans interruption et la grande place devant le Jardin voit défiler des hommes élégants dans leurs habits noirs, accompagnés de leurs belles, vêtues de leurs plus beaux atours. Ces couples se déplacent lentement vers l’église. Il faut dire que les rues avoisinantes sont fermées à la circulation et que le pavé de pierre peut être hasardeux pour celles qui s’y aventurent avec des talons hauts. Regardez, la mariée arrive!

Parfois, après la cérémonie, les nouveaux mariés, se promènent et dansent dans les rues du centre de la ville, accompagnés de leurs invités, de musiciens et de gigantesques mascottes. Justement j’entends de la musique qui vient de la rue voisine. C’est peut-être le cortège du mariage précédent. Allons voir! Vous verrez, c’est tout un spectacle!

Allons prendre une bouchée, c’est bientôt l’heure du repas principal au Mexique, habituellement entre deux et quatre heures. Je connais un tout petit resto où la nourriture est typiquement mexicaine. Allons-y tout de suite, c’est à quelques rues d’ici, en face de l’Institut Allende. C’est un tout petit endroit, il est souvent bondé et le samedi il ferme plus tôt. Vous êtes essoufflé? C’est normal, la rue est en pente et nous sommes en altitude. Dans quelques jours vous ne le sentirez plus.

Continuons maintenant notre visite et laissons nos pas nous mener un peu plus loin. Peu importe la direction, nous découvrons des maisons bien rénovées, cachées derrière de longs murs. Parfois, une porte légèrement entrouverte laisse deviner une fontaine entourée d’un jardin de fleurs. Plus loin, nous arrêtons pour admirer le détail sculpté au dessus d’une porte ou sur le coin d’un édifice. Au tournant de la rue, une fontaine adossée au mur d’une maison nous rappelle qu’un jour, l’accès à l’eau courante a été plus difficile.

Nous arrivons à la rue Canal. Elle est très ancienne et chargée d’histoire.  Au coin de la rue Hernandez Macias, le Templo de la Conceptión se dresse fièrement derrière son mur jaune couvert de fleurs. Il est aussi connu sous le nom Las Monjas, en raison de son cloître, j’imagine. La coupole de l’église a été conçue par Zeferino Gutiérrez, le même architecte qui a réalisé la Parroquia. Juste derrière, l’ex-couvent est devenu le Centre culturel Ignacio Ramirez « El Nigromante » avec une école, un musée et le théâtre de multiples activités culturelles. J’aime bien la petite librairie située à l’entrée. Juste devant nous, sous les arcades, une imposante fresque salue l’arrivée des visiteurs. Elle est de Siquieros, un artiste très connu au Mexique qui a enseigné à cet Institut. Sa notoriété n’est certainement pas étrangère à l’arrivée de plusieurs artistes à San Miguel. Au centre, le jardin du patio central est un bel endroit pour se détendre et lire en après-midi. Il y a des chaises libres près de la fontaine, allons nous y asseoir pour écouter les oiseaux.

Dirigeons nous maintenant un peu plus bas, vers le pont de la rue Quebrada. Vous voyez ses arches qui surplombent la rue Canal? Nous pouvons atteindre le tablier du pont par un petit escalier. De là, la vue sur les terrasses sur les toits est magnifique, avec au loin, les lacs dans la vallée. C’est l’un des mes points de vue préférés.

La lumière de San Miguel est unique et peu importe l’heure du jour, elle modifie le paysage des rues. Parfois lumineuse, parfois mettant en évidence les ombres qui s’étirent langoureusement sur les murs des maisons ancestrales. En fin de journée, le soleil se couche silencieusement et les ombres s’allongent sur les murs.

Bientôt, c’est la lumière des étoiles qui veilleront sur les rues endormies.

C’est l’heure de rentrer. Il faudra revenir, j’ai encore plein de choses à vous montrer…

2 réponses à “Promenade à San Miguel de Allende

  1. Gracias Jocy por la reseña tan interesante de tu viaje a tan increibles lugares de Mexico. ¡Tu y Robert nos hacen ver y descubrir Mexico con otros ojos!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s