Archives de Tag: Karnataka

Il était une fois Mysore

Nous avons passé quelques jours à Mysore, une ville située près de Bangalore dans le Karnataka, à 12 heures de train au sud de Hampi. La ville a une belle réputation pour ses marchés, ses temples et son palais, la résidence des maharajas.

image

Une courte visite au marché en après-midi nous a permis de croquer quelques photos avant que la cohue de la fin de journée ne commence.

image

Avec les fruits et les légumes en abondance, les épices et les pâtes de riz, la ville nous a offert une belle randonnée remplie d’odeurs contrastantes.

image

image

Lors de la visite du majestueux palais du maharaja, certaines magnifiques pièces ont retenu notre attention avec leur plafond de verre teinté.

L’opulence de la vie du Maharaja et de sa cour se faisait sentir partout nous n’avons pu nous empêcher de penser à cette population si pauvre que nous voyons tous les jours, encore aujourd’hui. Pourtant, les visiteurs indiens nous ont semblé subjugués par ce qu’ils voyaient et la vie qui ėtait menée au palais.

image

Nous avons aussi pris un tour administré par le gouvernement du Karnataka pour nous permettre de voir des sites parfois assez éloignés de Mysore. Lire la suite

Vidéo

Au revoir Hampi

Juste avant de quitter pour aller prendre le train qui nous mènera vers Mysore, nous avons fait un dernier tour dans Hampi Bazaar.

image

image

 

image

Dans le temple Virupaksh, les pèlerins se préparent à passer la nuit sur place. Nous en sommes à la deuxième journée des célébrations de la pleine lune de décembre et les participants n’ont pas le temps de retourner dans leur village.

 

image

Voici pour vous faire vivre l’ambiance du temple

Quant à nous nous poursuivons notre route vers Mysore qui est à 12 heures de train plus au sud.

 

 

La campagne de Hampi

« Demain vous voulez voir les temples de l’autre côté de la rivière? » « Non Vinay, nous avons déjà vu beaucoup de temples. Nous voulons voir des villages, tu peux nous emmener en rickshaw? »

Et il nous a invité chez son grand-père dans un joli petit village. La famille habite dans une maison solide, avec un petit jardin en avant. Ils sont plusieurs: les grands-parents, deux frères de son père et l’épouse de l’un d’eux. La tante a permis à Robert de photographier la cuisine pendant qu’elle nous préparait le thé.

L’oncle a une formation paramédicale et il soigne les gens pour des maux qui ne nécessitent pas d’intervention chirurgicale. Des infections, les grippes et parfois la malaria, l’été. Il soigne et prescrit des médicaments au besoin. Il a essayé de m’expliquer davantage ce qu’il faisait mais son anglais ne suffisait pas. « Vous devriez apprendre le Kanara, je pourrais mieux vous expliquer. C’est une langue facile, vous devriez apprendre. » Il avait raison mais il ne sait pas que nous visitons plusieurs états et il avait oublié qu’il y a tant de langues parlées en Inde!

Puis l’oncle a sorti l’album de photo de son mariage et là il a trouvé les mots pour m’expliquer le sens de la cérémonie. La mariée était belle et je lui ai dit ce qui nous a valu un sourire radieux de sa part! Le thé était bon et nous étions bien.

L’oncle a demandé à Vinay d’aller lui chercher quelque chose. Celui-ci est revenu avec un autre album. Je ne comprenais pas…un autre mariage? Et l’oncle qui insistait en me montrant les deux mariés. C’était lui mais pas avec la même femme! Tout le monde riait en voyant ma tête. « Vous avez deux femmes? » « Oui » me dit-il en riant. C’est là que la tante lui a donné une petite tape sur l’épaule en fronçant les sourcils. Elle nous a expliqué que la première femme est tombée malade et que son mari a pu avoir la permission de se remarier car il voulait des enfants. Il a donc épousé la sœur!

Vinay a nous dit que sa tante n’était pas trop contente que son mari nous montre le deuxième recueil de photos et nous avons tous choisi de taquiner l’oncle d’avoir fait fâcher sa femme. Le rire est de nouveau au rendez-vous. Mais j’ai bien vu que l’oncle regardait les photos de sa première épouse avec beaucoup de tendresse…Vinay nous a expliqué plus tard que la première femme a eu une attaque de polio et qu’elle ne pouvait plus avoir d’enfant, elle est donc retournée vivre chez ses parents. Ce qui a expliqué la permission spéciale de se remarier.

Puis nous avons repris la route après avoir remercié le grand-père de nous avoir reçus…

image

Sur le chemin du retour nous avons vu des paysages magnifiques, des rizières, des bananeraies, des champs de canne à sucre.

image

Vinay nous a montré des campements de personnes dont le métier est la récolte de la canne à sucre.

image

Ils installent des camps rudimentaires le temps de la récolte et ils repartent ailleurs vers un autre cultivateur lorsque le travail est terminé.

image

 

image

Nous avons chaudement remercié notre chauffeur de rickshaw pour ce qu’il nous a fait fait voir lors de notre escapade à la campagne. Encore une fois, nous nous sommes sentis privilégiés.

Histoire de Hampi Bazaar

Vinay, notre chauffeur de richshaw nous a fait faux bond pendant quelques heures pour aller manifester à Hospet la ville voisine, devant les édifices gouvernementaux. Une partie de la population dont les chauffeurs de richshaws veulent interdire les motocyclettes à Hampi. La raison qu’il m’a donnée est le nombre d’accidents causés entre autres par les touristes. Plusieurs d’entre eux décèdent ou sont blessés sévèrement. Les chauffeurs de richshaws ont très certainement d’autres raisons plus mercantiles mais bon, il est vrai que les routes sont très accidentées et dangereuses. La conduite en Inde est très hasardeuse alors imaginez lorsqu’un chauffeur oublie qu’en Inde la conduite est à gauche de la route!

Qu’elle ne fut pas notre surprise lorsque nous sommes revenus de nos visites des temples d’être arrêtés par un policier pas souriant du tout et de ne pouvoir entrer dans la ville en richshaw! Celui-ci a dû être stationné à la porte d’entrée du village et nous avons dû rentrer à pied. Ce n’est pas grave pour nous car Hampi est très petit mais Vinay nous a expliqué que certains policiers prennent le parti des motocyclistes et interdisent l’entrée de richshaw par représailles à la manifestation à Hospet. Il ajoute le sourire en coin qu’il attendra quelques jours et qu’il fera une autre manifestation pour permettre le passage des richshaws dans Hampi! Pour l’instant je le soupçonne de faire des contacts avec d’autres policiers que supportent la cause des chauffeurs.

image

Le village de Hampi Bazaar a une histoire un peu spéciale…Suite à la destruction du royaume des rois Indous, la cité a été abandonnée. Graduellement les descendants se sont construit des maisons sur les lieux des temples. En 2012 une partie des maisons construites près du temple Virupaksh ont  tout simplement été rasées pour permettre de rėnover celui-ci. Des centaines de familles ont donc dû se relocaliser très rapidement. L’histoire ne me dit pas si les indemnisations promises ont été versées les barrières de la langue ne me permettant pas ces précisions.

image

Aujourd’hui encore plusieurs familles habitent toujours Hampi Bazaar et vivent entre autre du tourisme. Vinay nous a expliqué que plusieurs commerçants qui ont pignon sur rue ne tiennent que des commerces saisonniers. Ils viennent à Hampi pendant la haute saison puis repartent vers d’autres régions où le commerce sera plus profitables pour eux. C’est leur mode de vie et leur façon de gagner leur pain. Nous pouvons donc penser que les produits que nous voyons ici sont destinés aux touristes, qu’ils ne proviennent pas de la région et qu’ils coûtent plus cher.

Vinay a ri devant mon hypothèse et a fait son petit signe de tête…j’avais raison.

Vidéo

Entrons dans un temple

Voici ce que nous ressentons lorsque nous nous dirigeons vers l’entrée d’un temple. Remarquez les merveilleuses sculptures des piliers. Nous n’entrerons pas à l’intérieur en raison du manque de lumière qui vous empêcherait de bien voir.

Venez avec moi!

 

Toujours Hampi

Notre deuxième journée dans les temples de Hampi a été aussi merveilleuse que la première. Vinay, notre chauffeur de richshaw nous a habilement amené d’un temple à l’autre zigzagant sur une chaussée plutôt accidentée mais sous un soleil magnifique.

image

Les temples et les demeures datant du 14e siècle nous font revivre l’ampleur des richesses des rois de cette région pendant ces époques. Palais, bain privé pour la reine, quartier complet de maisons pour les invités de marque, salles de spectacles, temples se sont succédés devant nos yeux, chacun plus impressionnant que le précédent. À plusieurs endroits la peinture est encore visible.

image

Les musées nous ont appris que d’importants travaux de rénovation ont été fait depuis plusieurs années. Aujourd’hui encore, nous avons été témoin d’une prise de mesure électronique très sophistiquée prise par des employés du gouvernement afin d’être capable de bien préciser l’état actuel des temples. Ces temples faisant partie de l’UNESCO, il leur apparaît important de bien les documenter.

image

Les temples sont finement décorés des sculptures de Shiva, de Hanuman et de toute autre représentation mythique des personnages de l’histoire Hindoue ou Musulmane. Nous devons bien vous avouer que nous en perdons notre latin et qu’il nous est encore très difficile de nous retrouver parmi toutes ces divinités et tous ces symboles.

image

 

Par contre nous avons apprécié la finesse des traits sculptées dans la pierre et nous réalisons que les liens entre les hindous et les Musulmans n’ont pas toujours été de tout repos. Plusieurs statues ont été saccagées par les musulmans au milieu du 16e siècle suite de leur conquête de ce territoire. Hampi a alors été rasée et brûlée.

image

Bien sûr nous avons aussi eu nos bains de foule, ce dont nous nous régalons. Rencontrer les gens, échanger sur les endroits dont nous venons, se prendre mutuellement en photo et surtout voir à quel point les indiens sont heureux de nous voir visiter leur pays. Ils en sont très fiers. Les touristes indiens que nous avons rencontrés aujourd’hui venaient de Bangalore ou de Hubli. Nous avons rencontré aussi plusieurs groupes d’étudiants avec leurs professeurs.

image

Nos randonnées autour de Hampi nous ont montré une vallée rurale avec de belles plantations de canne à sucre, de bananes et de cocos. Les travaux dans les champs sont ardus et nous avons croisé plusieurs chariots tirés par des bœufs, des apparitions d’une autre époque qui demeure bien réelle aujourd’hui. Les maisons sont extrêmement simples, souvent sur la terre battue et nous avons l’impression que les gens vivent dehors. Plusieurs femmes font leur lavage et nettoient la vaisselle installées en avant de la maison près du chemin. Hier soir une femme d’une maison voisine se préparait à dormir dehors, par terre devant sa porte, emmitouflée dans ses couvertures.

image

imagePour terminer notre tournée, notre guide Vinay nous a amenés sur une crête pour admirer le coucher de soleil. Quelle belle fin de journée!

Rendez-vous à Hampi

Dans tous les guides de voyages il était écrit de ne pas manquer Hampi avec ses 400 temples disséminés dans la nature. Alors nous avons fait un grand détour à l’intérieur des terres pour admirer ces merveilles de l’UNESCO tout en sachant que nous pourrions être décus. Nous avons fait 12 heures d’autobus de nuit pour arrêter à Hospet pour une pause. En sortant de l’autobus nous avons été assaillis par plus d’une  dizaine de personnes qui voulaient nous vendre leurs services de richshaw ou nous louer une chambre d’hôtel. Quel capharnaüm! « Madame! Madame! Look!Look! Pas maintenant madame? Vous vous souviendrez de moi à Hampi? Ok madame? » Ouf! Je me suis dit qu’ils nous attendraient donc à Hampi…

Trente minutes plus tard…

« Madame, vous vous souvenez de moi à Hospet? » Difficile de sortir de l’autobus et nous avons dû nous frayer un chemin pour aller récupérer nos sacs à dos dans la soute. Quel soulagement quand nous avons aperçu le chauffeur de richshaw de l’hotel avec notre nom inscrit en grosses lettres sur une feuille de papier. Les 15 hommes qui nous entouraient se sont tus et dirigés vers d’autres passagers.

Même s’ils sont extrêmement envahissants il ne faut pas oublier que ces hommes essaient de gagner leur vie…de leur mieux. Et ils ne se laissent pas arrêter par un non, croyez-moi!

image

Nous habitons une petite chambre au Thilak Homestay au cœur de Hampi Bazaar. Ce n’est pas le luxe mais c’est relativement propre et nous avons l’essentiel. Nous nous attendions à cela ici. Le village porte bien sont nom car il est un immense bazar, le village au complet est un ensemble de petits commerces. Les vendeurs nous sollicitent dès que nous mettons le pied dehors, il faut se faire à l’idée. Régulièrement le village est traversé par un troupeau de vaches ou de chèvres. Les singes se promènent en liberté et essaient de chiper tout ce qu’ils peuvent pour manger. Ils sont rapides et habiles.

image

Nous sommes dans un autre monde…

image

Mais il faut voir le paysage! Hampi est au rendez-vous de l’émerveillement et nous sommes loin d’être déçus. Des milliers de temples du 12ème siècles sont éparpillés sur une distance 30x30km. Ce qui surprend le plus ce sont ces immenses rochers de granit déposés par un géant qui aimait jouer des tours! Il y en a partout et dans tous les sens. Les temples sont souvent construits en épousant les formes des rochers. C’est un environnement magique!

image

image

Lors de la visite d’un temple nous avons rencontré un groupe de jeunes étudiantes avec leur prof. Elles ont commencé par nous regarder du coin de l’œil et aussitôt que nous leur avons fait un sourire elles se sont approchées. Elles voulaient savoir d’où nous venons, combien de temps nous serons en Inde…Et je ai les fait parler d’elles. J’adore ces rencontres et sachez que cet après-midi, entourée de jolies demoiselles dans leurs saris de toutes les couleurs, sous un temple de Hampi j’étais la plus heureuse des femmes!

image